5 idées fausses sur les joueurs d’échecs

Lorsque quelqu’un en dehors du monde des échecs entend « Il/Elle est un joueur d’échecs », il y a certaines idées fausses préprogrammées qui viennent automatiquement à l’esprit.

Si certaines de ces idées sont fondées sur des stéréotypes légitimes soutenus par la communauté des échecs au sens large, la plupart sont des généralisations tirées de quelques figures de proue et appliquées ensuite à tous les joueurs, pour le meilleur ou pour le pire.

Si vous voulez convaincre les personnes qui croient encore à l’une des affirmations suivantes, organisez une partie d’échecs pour leur prouver le contraire. Consultez cette page au cas où il vous manquerait des pièces d’échecs.

fausses idées sur les joueurs d'échecs

1) Les joueurs d’échecs sont très intelligents

Les gens aiment à dire que les joueurs d’échecs sont plus intelligents que la moyenne. La vérité est que le joueur d’échecs moyen est précisément l’habitué moyen. Et s’il a été démontré que les échecs peuvent d’une certaine manière améliorer le QI, certaines études montrent que les joueurs d’échecs SONT plus intelligents – mais seulement lorsqu’ils jouent aux échecs. Les connaissances à l’intérieur du jeu ne sont pas nécessairement transférables à l’extérieur du jeu.

L’autre problème de ce stéréotype est qu’il existe de nombreuses formes d’intelligence : analytique, mathématique, créative, sociale, etc. Et, lorsque vous secouez le sac du collectif de joueurs d’échecs, votre joueur moyen est, une fois de plus, une personne normale qui aime les échecs.

2) Les joueurs d’échecs sont moins adaptés socialement

Je dois être honnête. Je n’ai pas toujours pensé que c’était un faux stéréotype. Mes premières introductions aux échecs ont été embarrassantes.

Il y a précisément autant d’exemples d’individus étonnamment sociaux et charismatiques que d’excentriques. Les grands exemples sont Josh Waitzkin, Yasser Seirawan et Judith Polgar.

Depuis, j’ai interviewé des milliers de joueurs lors de dizaines d’événements, et même plus depuis que j’ai lancé World-of-chess.fr, ce qui confirme une fois de plus que les joueurs d’échecs sont une représentation de la population moyenne, sauf qu’ils ont découvert par hasard le plaisir des échecs.

3) Les joueurs d’échecs doivent avoir une mémoire étonnante

Bien sûr, nous avons tous entendu les histoires phénoménales des Grands Maîtres qui pouvaient jouer 30 parties simultanément aux blinds et se souvenir des positions dans chacune d’entre elles. Et oui, c’est impressionnant.

Mais la vérité est que les joueurs d’échecs n’ont pas une mémoire supérieure, et qu’il n’est pas nécessaire d’avoir une mémoire supérieure pour être un grand joueur. Les joueurs d’échecs sont extrêmement familiers avec les configurations de pièces, les positions connues, les structures de pions familières, etc.

La citation suivante le montre bien :
« Se souvenir de 15 mots anglais courants ne devrait pas être un exploit étonnant pour un Anglais, mais plutôt pour quelqu’un qui ne connaît pas la langue. Mais son admiration est mal placée ; il pense que le joueur d’échecs se souvient d’une énorme chaîne de motifs aléatoires, car c’est à cela que ressemble le jeu pour lui, mais en fait le joueur d’échecs ne fait que parler dans le langage des échecs, un langage qui lui est familier et dont il a parfois vu et connaît par cœur les motifs.

En fait, une autre étude a montré que si les maîtres d’échecs sont bien meilleurs pour mémoriser les positions qui se produisent dans les parties normales, ils ne sont pas meilleurs que les non-joueurs pour mémoriser les positions dans lesquelles les pièces sont placées au hasard.

4) Les joueurs d’échecs sont des hommes âgés, blancs, euro-caucasiens

Nous avons tous entendu ce stéréotype, et Pixar n’a pas beaucoup aidé avec leur court-métrage intitulé « Le jeu de Geri ». Mais ce n’est même pas proche de la vérité.

Tout d’abord, il y a des joueurs d’échecs de tous âges, des génies de l’école de 7 ans aux joueurs séniles d’âge moyen.

Deuxièmement : les échecs sont largement pratiqués en Inde, aux Philippines, en Amérique du Sud, et continuent à se développer en Chine et en Afrique.

Troisièmement : de plus en plus de femmes se joignent à la partie – cliquez ici pour voir quelques femmes non blanches – de tous âges – jouer aux échecs !

5) Les joueurs d’échecs sont de pires sportifs lorsqu’ils perdent

Si l’on considère que le récent championnat du monde [N.T. : Kramnik-Topalov, je suppose] peut soutenir cette affirmation, les joueurs d’échecs ne sont pas pires que tous ceux qui participent à des jeux ou sports de compétition.

En fait, il faut dire que les joueurs d’échecs font preuve d’un plus grand esprit sportif que les autres, car la plupart des joueurs intelligents savent qu’avec la défaite vient généralement l’apprentissage, et la plupart des joueurs préfèrent apprendre du jeu plutôt que de le gagner. Cela dit, la prochaine fois que votre adversaire vous jette un pion dans l’œil, ne me reprochez pas de ne pas vous avoir prévenu.